La course au Saint-Sépulcre

Marcel Maréchal révèle la force politique du Cavalier seul d’Audiberti, une farce truculente appuyée sur l’histoire des croisades.

Au temps où l’absurde envahissait les scènes de théâtre, Jacques Audiberti continuait à faire claquer les formules folles d’une poésie en fusion. Les Ionesco et Beckett ramenaient le langage à son expression répétitive ou minimale ; l’auteur de la Fourmi dans le corps leur opposait des gerbes de mots qui naissaient de sa plume comme d’une sidérante corne d’abondance. Pourtant, tous, en même temps, réinventaient le théâtre. Les frontières des genres et des styles n’étaient pas aussi opaques que le diront…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.