La violence et l’intime

À Vendôme, la Xe édition des Promenades photographiques est marquée par un œil féminin.

ÀVive Zene, en Bosnie-Herzégovine, dans un centre de thérapie pour réfugiées bosniaques musulmanes, déplacées de Srebrenica à Tuzla, ou encore dans un camp, en 1996. Les visages de ces femmes ne dissimulent rien des faillites intimes, tandis que les mouflets vaquent à leurs jeux. Auparavant, en 1994, quelques Palestiniennes se laissent aller aux plaisirs de la plage de Gaza, d’autres jouent au basket, d’autres encore manifestent pour la libération de prisonniers en Israël. Plus tard, une équipe féminine de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.