Brésil : Le Mondial côté sombre

La Coupe du monde de football tire sa révérence sur un bilan jugé positif, mais l’ampleur médiatique de l’événement a occulté de graves atteintes aux droits de l’homme. Correspondance à Rio, Marie Naudascher.

La statue du Corcovado aux bras ouverts surplombe le stade du Maracanã, scintillant au milieu de la zone Nord de Rio de Janeiro. L’image saisit les millions de touristes et d’amoureux du football regroupés sur la plage de Copacabana pour assister à la dernière phase de la compétition. À l’unisson, ils applaudissent cette belle perspective. Malgré les sérieuses préoccupations de la presse internationale liées aux retards des stades pour ce Mondial, le Brésil a offert un spectacle inoubliable. Les 32…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Décolonisation inachevée

Politique accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents