Il était une fois le petit écran

Le Musée des arts et métiers, à Paris, présente une saga de la télévision. Soit quatre-vingts années de technologies et de programmes qui font partie de la mémoire collective.

Ça démarre timidement. Avec un écran en noir et blanc de 180 lignes, créé au tout début des années 1930 par l’ingénieur René Barthélémy, où les visages sont difficilement visibles (aujourd’hui, l’écran compte 33 millions de pixels). Destinée à prendre d’emblée sa place au salon, la télé est alors insérée dans un dispositif imposant, un meuble de style Art déco équipé d’un tube cathodique. En avril 1935, un studio est aménagé dans les locaux du ministère des PTT, rue de Grenelle. Une première émission…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents