Jack White, presque parfait

Avec son deuxième album solo, l’ex-White Stripes propose des chansons irrésistibles.

Jacques Vincent  • 24 juillet 2014 abonné·es
Jack White, presque parfait
Lazaretto , Jack White, Beggar’s Banquet.
© Jeff Gentner / Getty Images : AFP

C’est une scène d’ Only Lovers Left Alive de Jim Jarmush. Une virée nocturne du couple de vampires à la parfaite élégance rock’n’rollienne dans un Detroit apparemment vidé de ses habitants. L’homme arrête la voiture devant une

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Musique
Temps de lecture : 2 minutes