Libye : Une militante des droits de l’homme assassinée

Salwa Bouguigis a été assassinée le 25 juin chez elle à Benghazi, berceau du soulèvement contre Kadhafi en 2011.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


L’avocate libyenne et militante des droits de l’homme Salwa Bouguigis a été assassinée le 25 juin chez elle à Benghazi, ville de l’est de la Libye et berceau du soulèvement populaire contre Kadhafi en 2011. Ex-membre du Conseil national de transition (CNT) et vice-présidente d’un Comité préparatoire pour le dialogue national, elle était rentrée en Libye pour voter aux élections législatives. La militante avait même posté des photos d’elle au bureau de vote sur Facebook dans la journée pour inciter à la participation, qui s’est finalement révélée faible. Son assassinat, dont les auteurs ne sont pas encore connus, intervient dans un contexte tendu dans le pays, moins d’un an après la disparition dans les mêmes conditions de l’avocat Abdessalem al-Mesmari, tué lui aussi à Benghazi.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents