Mexique : Guerrero, terre de misères

Dans cette région en proie aux violences liées au narcotrafic et aux exactions de l’armée, la population a fondé sa propre police communautaire pour se protéger. Correspondance de Françoise Escarpit.

Françoise Escarpit  • 3 juillet 2014 abonné·es
Mexique : Guerrero, terre de misères
© Photo : Pardo / AFP

Évêque coadjuteur auprès de Samuel Ruiz, à San Cristobal de Las Casas au Chiapas, puis muté à Saltillo, au nord du Mexique, en 2000, Raul Vera [^2], homme affable et direct, travaille inlassablement aux côtés des migrants, mexicains et centraméricains, et de tous ceux dont les droits sont bafoués, que l’on torture, menace ou déplace. Auparavant, de 1988 à 1995, il fut évêque de la Tierra Caliente, dans l’État de Guerrero, où il est né et qu’il connaît bien pour l’avoir largement parcourue à dos de mule. À Iguala, cœur de la production minière du Guerrero, don Raul troque la veste noire pour une guayabera (chemise à quatre poches, populaire en Amérique latine) aussi blanche que ses cheveux. Sur la place centrale l’attendent les mineurs de Taxco, en lutte depuis des années contre le groupe Mexico et solidaires des familles des 69 mineurs de Pasta

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Monde
Temps de lecture : 7 minutes