Mexique : Guerrero, terre de misères

Dans cette région en proie aux violences liées au narcotrafic et aux exactions de l’armée, la population a fondé sa propre police communautaire pour se protéger. Correspondance de Françoise Escarpit.

Évêque coadjuteur auprès de Samuel Ruiz, à San Cristobal de Las Casas au Chiapas, puis muté à Saltillo, au nord du Mexique, en 2000, Raul Vera 1, homme affable et direct, travaille inlassablement aux côtés des migrants, mexicains et centraméricains, et de tous ceux dont les droits sont bafoués, que l’on torture, menace ou déplace. Auparavant, de 1988 à 1995, il fut évêque de la Tierra Caliente, dans l’État de Guerrero, où il est né et qu’il connaît bien pour l’avoir largement parcourue à dos de mule. À…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents