Antiquité : « La fascination d’un monde aboli »

L’historien de l’Antiquité romaine Paul Veyne publie son autobiographie. Le récit d’une vie de recherches et d’engagement.

Olivier Doubre  • 25 septembre 2014 abonné·es
Antiquité : « La fascination d’un monde aboli »
© **Et dans l’éternité je ne m’ennuierai pas. Souvenirs** , Paul Veyne, Albin Michel, 272 p., 19,50 euros.Photo : AFP PHOTO / KENZO TRIBOUILLARD

Né en 1930 dans une famille de la bourgeoisie méridionale (le père est négociant), Paul Veyne découvre très jeune son goût pour l’Antiquité lorsque, au cours d’une promenade dans les collines du Vaucluse, il trouve à 12 ans une pointe d’amphore romaine, témoignage « d’une ère antérieure », « tombée dans notre siècle comme tombe des cieux un aérolithe ». Son amour des inscriptions antiques, nombreuses dans la région, n’a d’égal que celui des livres, tous deux l’éloignant de son milieu social pour le porter à devenir « un homme de culture ». Reçu à l’École normale supérieure (ENS) en

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Idées
Temps de lecture : 6 minutes