Au Testet, les anti-barrage ne veulent pas céder

La lutte contre le barrage du Testet s’étend désormais à l’échelon politique.

Le déboisement est terminé, la zone humide du Testet, au bord de la rivière Tescou, dans le Tarn, n’est plus qu’une plaine saccagée. Les opposants, cible d’interventions musclées des forces de l’ordre, n’ont pu que retarder l’avancée des bulldozers 1, là où le conseil général a prévu la construction d’un barrage principalement dédié à l’irrigation de cultures de maïs. Durant cette fausse trêve, Ségolène Royal, qui s’était désintéressée de l’affaire dans un premier temps 2, a demandé au conseil général la…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents