Droits : Secrétaire d’État des… hétérosexuelles ?

La nouvelle secrétaire d’État aux Droits des femmes fait partie des 27 députés PS à ne pas avoir signé l’amendement élargissant le droit à la PMA.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


La nouvelle secrétaire d’État aux Droits des femmes, Pascale Boistard, a souligné en prenant ses fonctions avoir voté à l’Assemblée nationale la loi pour l’égalité hommes-femmes. On n’en attendait pas moins de la part de la députée de la Somme, élue pour la première fois en 2012, succédant à Najat Vallaud-Belkacem (qui, elle, avait rang de ministre). Mais Pascale Boistard n’a pas cru bon de rappeler qu’elle avait fait partie des 27 députés PS à avoir expressément demandé à ne pas signer l’amendement élargissant le droit à la PMA, lors des débats sur le mariage pour tous, déposé par la majorité (finalement enterré par le gouvernement). La secrétaire d’État défend-elle uniquement les droits des hétérosexuelles ?


Haut de page

Voir aussi

Articles récents