En finir avec la Ve République

L’obstination de François Hollande à maintenir un cap contraire aux attentes de ses électeurs met en lumière les vices d’une constitution qui reste son dernier rempart.

Derrière la crise politique, nous vivons une crise de régime. Le chef de l’État, impopulaire comme aucun de ses prédécesseurs ne l’a jamais été, est désormais critiqué au sein de son propre parti. Après avoir rétréci sa majorité, il persiste à ne pas vouloir changer le cap politique qu’il a fixé, tournant le dos à ses engagements de campagne. Est-ce tenable ? Si d’aventure les députés renouvellent, le 16 septembre, leur confiance au gouvernement, malgré toutes les critiques que nombre d’entre eux ont…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents