Photographie : Tom Arndt

Peu connu du grand public, Arndt n’en est pas moins un photographe de rue remarquable.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Dans un coffee-shop du Minnesota, une brinquebale d’hommes sirotant leur breuvage ; un bus traversant Las Vegas au cours d’une nuit tapissée d’enseignes lumineuses ; l’échoppe d’une baraque à hot-dogs ; des mômes au coin d’une ruelle qui semblent attendre la fin d’un désœuvrement ; un passant, dans la verticalité architecturale de Chicago… En noir et blanc, depuis les années 1970, Tom Arndt travaille avec les reflets, les vitrines, les jeux de miroir, une signalétique partout présente, mise sur la profondeur de champ, parfois glisse son sujet dans le coin de son objectif. Peu connu du grand public, Arndt n’en est pas moins un photographe de rue remarquable, captant avec force des bribes d’instantanés universels, tout ce qui va, vient, fugace, ou fait sa pause. Bien calé dans l’humanisme photographique.


Tom Arndt’s Minnesota , galerie les Douches, 5 rue Legouvé, Paris Xe, jusqu’au 31 octobre.

Haut de page

Voir aussi

Articles récents