Ukraine : Contradictions occidentales

Au moment même où un fragile cessez-le-feu semblait s’installer, l’Union européenne et l’Otan faisaient monter la tension.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Au moment même où un fragile cessez-le-feu semblait s’installer dans l’est de l’Ukraine, l’Union européenne et l’Otan faisaient monter la tension. L’Union européenne a approuvé lundi un nouveau train de sanctions économiques contre Moscou. Plus inquiétant encore, près de deux mille militaires et douze navires, dont sept ukrainiens et cinq de pays membres de l’Otan, sont engagés ces jours-ci dans des manœuvres au nord-ouest de la mer Noire. Ces manœuvres, aimablement baptisées « Partenariat pour la paix », ont certes lieu tous les ans. Mais, dans le contexte actuel, elles prennent un sens particulier. Cette démonstration de force risque surtout de justifier l’irrédentisme et le discours de Vladimir Poutine qui s’alimente de la crainte de l’Otan aux frontières de la Russie.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.