Urgence pour Terra Eco

La revue lance un appel aux dons et aux abonnements.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Tourné vers l’économie sociale et solidaire et les enjeux du développement durable, créé en 2004, déjà fort de 170 numéros, le magazine bimédia Terra Eco connaît de graves difficultés financières. Le titre peut s’enorgueillir de 15 000 abonnés et de 300 000 lecteurs, ce qui est important, certes, mais bien insuffisant pour garantir sa pérennité. Il est confronté à une baisse de ses recettes publicitaires et à un contexte économique difficile. Terra Eco a donc lancé le 16 septembre un appel à ses lecteurs. La barre est élevée, reconnaît le journal, mais il y va de sa survie (et de ses 21 postes).

L’objectif est fixé à 500 000 euros, dont la moitié en dons et en abonnements. « Cette somme doit permettre au journal de passer la vague, juge David Solon, directeur de la rédaction, d’atteindre la rentabilité et de se réinventer. C’est l’heure de vérité pour Terra Eco. » Et, surtout, dans un délai très court. « D’ici au 26 septembre, s’il n’y a pas un enthousiasme fort pour notre appel, Terra Eco s’arrête. » Un chiffre n’en reste pas moins encourageant : avec 2 000 abonnés supplémentaires, le magazine se donnerait de l’air au moins jusqu’en 2015. Le montant collecté mardi 23 septembre était de 182 784 euros.


Campagne de soutien sur : www.terraeco.net

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents