Yémen : Fragile accord de paix

Les rebelles chiites houthis ont signé un accord de paix avec les autres forces politiques du pays, le 21 septembre.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Les rebelles chiites houthis ont signé un accord de paix avec les autres forces politiques du pays, le 21 septembre, mettant fin à plusieurs jours de combats meurtriers avec les miliciens sunnites du parti al-Islah, proche du gouvernement. Cette entente parrainée par l’ONU, qui prévoit la nomination d’un nouveau Premier ministre et la formation d’un gouvernement intégrant les factions rebelles, n’est pas gage d’une fin des tensions. Le 22 septembre, les factions chiites armées étaient encore déployées devant les sièges du gouvernement, du Parlement et du commandement des forces armées.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents