« Yerma » : Tragédie d’un ventre

Daniel San Pedro signe une mise en scène épurée de Yerma , de Federico Garcia Lorca.

Une aube qui ne se lève jamais tout à fait, ou un crépuscule qui refuse de laisser place à la nuit noire. Telle est la Yerma, de Federico Garcia Lorca, mise en scène par Daniel San Pedro. Baignés par une lumière trouble, hésitante comme le jour qui filtre à travers un rideau opaque, les personnages de cette tragédie pastorale écrite en 1934 sont englués dans un nuage sépia. Pas comme sur des photos anciennes ; plutôt comme sur des clichés d’aujourd’hui dont on aurait retravaillé la couleur. Quelques degrés…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents