La société où rien ne coûte

Jeremy Rifkin vend de la croissance verte sans limites.

Trois ans après la Troisième Révolution industrielle, Jeremy Rifkin publie la Nouvelle Société du coût marginal zéro. En fait, ce sont toujours les mêmes contes de fées. Cela mérite-t-il une chronique dans Politis ? Oui si l’on tient compte de la présence de ce gourou dans les grands médias, de sa capacité de séduction à gauche et de son influence sur certains responsables politiques. L’avenir de la production dans la société d’abondance qu’entrevoit Rifkin reposerait d’un côté sur des robots partout, y…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents