La VIe République fait des émules

Pour Benoît Hamon, Cécile Duflot, Aurélie Filippetti ou encore Bastien François,
un changement de Constitution est un « chantier indispensable ».

La VIe République serait-elle l’embryon d’un nouveau « programme commun » ? Dimanche, la nécessité de changer les institutions a fait consensus entre Benoît Hamon, Cécile Duflot et Pierre Laurent. Pour l’éphémère ministre de l’Éducation, « écrire la constitution de la VIe République pour dans deux ans et demi » est « le premier chantier indispensable, immédiat » pour « redonner espoir dans le progrès ». « Ça ne marche pas, la Cinquième, ça ne peut plus marcher d’ailleurs », a-t-il lancé, sous les…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents