L’énigme Aubry

Malgré son retour sur le devant de la scène politique, Martine Aubry ne s’est pas encore fixé de stratégie précise ni de ligne politique claire. Histoire de ne se fermer aucune porte.

Pauline Graulle  • 2 octobre 2014 abonné·es
L’énigme Aubry
© Photo : AFP PHOTO / DENIS CHARLET

Elle a réussi là où Nicolas Sarkozy vient d’échouer : donner le sentiment de revenir, alors qu’elle n’était jamais (vraiment) partie. Martine Aubry est de retour. Après deux ans et demi d’un silence de nonne, chacune de ses sorties retentit désormais comme un coup de tonnerre. En juillet, elle s’en prenait à la réforme territoriale – un « Monopoly »  – et tançait la « méthode » Hollande. À la rentrée, en pleine université d’été du PS à La Rochelle, elle défiait le Premier ministre par un communiqué réclamant le plafonnement des loyers sans sa ville de Lille. Trois jours avant le périlleux vote de confiance au gouvernement Valls 2, nouvelle provocation : « Chacun doit voter en fonction de ce qu’il croit utile pour la réussite du pays. »

Oui, Martine Aubry est de retour. Mais pour quoi faire ? Elle-même n’en sait encore rien, jurent ses proches. « Martine n’a pas de plan de carrière, mais c’est une femme de devoir et elle veut être utile », dit le député Jean-Marc Germain, son ancien directeur de cabinet, dans une formule sibylline. Certains l’imaginent prendre la tête des frondeurs, dont la plupart font partie de sa garde rapprochée. Elle assure aujourd’hui ne vouloir qu’une « inflexion » du quinquennat. « Si ses propos sont très

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 13 minutes