Mexique : La descente aux enfers d’un pays

Il y a deux mois, des étudiants ont été massacrés dans l’État du Guerrero. Un drame, après bien d’autres, qui met en évidence une corruption politique généralisée. Correspondance à Mexico, Françoise Escarpit.

Au Mexique, des noms de villes ou de villages sont devenus synonymes de tragédies et de massacres : en 1995, Aguas Blancas (Guerrero) ; en 1997, Actéal (Chiapas) ; en 1998, El Charco (Guerrero) et El Bosque (Chiapas) ; en 2009, le drame de la garderie ABC, à Hermosillo (Sonora) ; en 2010, le massacre de collégiens et de lycéens à Ciudad Juárez (Chihuahua) ; et celui d’étudiants dans l’État de Morelos en 2011. En 2011, encore, l’assassinat de migrants à San Fernando (Tamaulipas)… Il faut également rappeler,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents