Mexique : La descente aux enfers d’un pays

Il y a deux mois, des étudiants ont été massacrés dans l’État du Guerrero. Un drame, après bien d’autres, qui met en évidence une corruption politique généralisée. Correspondance à Mexico, Françoise Escarpit.

Françoise Escarpit  • 27 novembre 2014 abonné·es
Mexique : La descente aux enfers d’un pays
© Photo : Manuel Velasquez / Anadolu Agency / AFP

Au Mexique, des noms de villes ou de villages sont devenus synonymes de tragédies et de massacres : en 1995, Aguas Blancas (Guerrero) ; en 1997, Actéal (Chiapas) ; en 1998, El Charco (Guerrero) et El Bosque (Chiapas) ; en 2009, le drame de la garderie ABC, à Hermosillo (Sonora) ; en 2010, le massacre de collégiens et de lycéens à Ciudad Juárez (Chihuahua) ; et celui d’étudiants dans l’État de Morelos en 2011. En 2011, encore, l’assassinat de migrants à San Fernando (Tamaulipas)… Il faut également rappeler, depuis le début

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Monde
Temps de lecture : 6 minutes