Hong Kong : La résistance entre deux stratégies

Les trois fondateurs du mouvement Occupy Central ont annoncé qu’ils allaient se rendre à la police.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


À Hong Kong, le mouvement de protestation prodémocratie est-il en train de vaciller ? Le 1er décembre, à la suite d’affrontements violents entre les forces de l’ordre et les manifestants, les trois fondateurs du mouvement Occupy Central ont annoncé qu’ils allaient se rendre à la police. Benny Tai, Chan Kin-man et Chu Yiu-ming ont ainsi appelé les manifestants à évacuer les sites occupés depuis deux mois. Mais les leaders étudiants, plus radicaux, ont annoncé lundi qu’ils entamaient une grève de la faim. Joshua Wong, 18 ans, devenu le visage des manifestations, et deux jeunes femmes membres de la Scholarism, une association estudiantine, espèrent, ce faisant, pouvoir « discuter librement avec des représentants du gouvernement ».


Haut de page

Voir aussi

Annie Ernaux : « J’ai l’habitude de regarder les choses en face ! »

Culture accès libre
par et ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.