Mais de quoi se mêlent-ils ?

Voyant s’approcher le « risque » que Syriza prenne le pouvoir en Grèce, Bruxelles se mobilise.

Branle-bas de combat ! Voyant s’approcher le « risque » que Syriza prenne le pouvoir en Grèce, Bruxelles se mobilise. Le résultat de l’élection présidentielle anticipée organisée ce 17 décembre n’est pas assuré. En effet, si aucune majorité ne se dégage au sein du Parlement grec pour le candidat de la droite d’ici à la fin du mois, il faudra organiser des législatives, qui, en l’état des sondages, ont de grandes chances de déboucher sur une victoire du parti d’Alexis Tsipras. Prise de panique – c’est que…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents