Charlie Hebdo : l'indécente exploitation d'Antonis Samaras

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Le Premier ministre grec Antonis Samaras en campagne pour les législatives a opéré mercredi un rapprochement entre l'attentat contre Charlie Hebdo et les propositions sur la politique migratoire de la gauche grecque Syriza qui « encourage l'immigration illégale » .

« Aujourd'hui à Paris, un massacre s'est produit avec au moins douze morts. Et ici certains encouragent encore davantage l'immigration illégale et promettent la naturalisation » , a-t-il déclaré.

Cette remarque d'Antonis Samaras, chef du parti conservateur Nouvelle Démocratie au pouvoir avec les socialistes depuis juin 2012, dans un discours à Chalkida, est intervenue dans la foulée d'une critique des propositions de la gauche Syriza en matière de politique migratoire:

« Le Syriza est sur une autre planète, il veut accorder massivement la nationalité, l'accès aux soins et à la couverture sociale à tous les immigrés illégaux. »

Après l'attaque contre Charlie Hebdo qui a fait douze morts et onze blessés, le Premier ministre avait exprimé « la profonde tristesse et l'indignation du peuple grec » . Une retenue bien vite oubliée.


Photo: WASSILIS ASWESTOPOULOS / NURPHOTO

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.