Charlie Hebdo : l'indécente exploitation d'Antonis Samaras

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Le Premier ministre grec Antonis Samaras en campagne pour les législatives a opéré mercredi un rapprochement entre l'attentat contre Charlie Hebdo et les propositions sur la politique migratoire de la gauche grecque Syriza qui « encourage l'immigration illégale » .

« Aujourd'hui à Paris, un massacre s'est produit avec au moins douze morts. Et ici certains encouragent encore davantage l'immigration illégale et promettent la naturalisation » , a-t-il déclaré.

Cette remarque d'Antonis Samaras, chef du parti conservateur Nouvelle Démocratie au pouvoir avec les socialistes depuis juin 2012, dans un discours à Chalkida, est intervenue dans la foulée d'une critique des propositions de la gauche Syriza en matière de politique migratoire:

« Le Syriza est sur une autre planète, il veut accorder massivement la nationalité, l'accès aux soins et à la couverture sociale à tous les immigrés illégaux. »

Après l'attaque contre Charlie Hebdo qui a fait douze morts et onze blessés, le Premier ministre avait exprimé « la profonde tristesse et l'indignation du peuple grec » . Une retenue bien vite oubliée.


Photo: WASSILIS ASWESTOPOULOS / NURPHOTO

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.