Emmanuel Macron roule pour le car

Le projet de loi du ministre de l’Économie pour libéraliser la desserte des grandes lignes par la route est examiné cette semaine par l’Assemblée nationale. Une menace pour le rail et pour l’environnement.

Chambériens, vous désirez rallier la capitale en autocar, souvent moins cher que le train ? Il faudra vous adresser à une compagnie exploitant la ligne Milan-Paris : les liaisons nationales longue distance ne sont aujourd’hui autorisées en France que par « cabotage » sur une relation internationale. Les compagnies d’autocars ont par ailleurs interdiction de réaliser plus de la moitié de leur chiffre d’affaires sur ce type de services dérivés. Conséquence, ce marché est très peu développé, la part du car…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.