Le tourbillon de l’amour

François Rancillac met en scène la Place royale, une pièce de jeunesse de Corneille. Une suite de surprises et une réflexion sur la liberté sentimentale.

Au sens propre comme au figuré, la Place royale vue par François Rancillac sent le roussi. Dès le premier alexandrin, Angélique (Hélène Viviès) rejette l’amour de Doraste (Nicolas Senty), le frère de sa meilleure amie Phylis (Linda Chaïb). « Alidor a mon cœur et l’aura tout entier. En aimer deux, c’est être à tous deux infidèle », annonce la belle, inflexible. Adieu alors Doraste, sa demande en mariage et ses promesses d’amour éternel. Sur le carré de confettis gris imaginé par le scénographe Raymond…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Dépasser la sidération immédiate

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.