Production ou spéculation ?

Rien ne garantit que l’injection de monnaie ira vers l’économie réelle.

La Banque centrale européenne a fini par consentir, au bout de sept ans de crise, à lancer un programme de rachat régulier de titres publics et privés sur le marché secondaire des obligations. Elle avait commencé à le faire dans le cadre du programme OMT 1, et elle détient déjà environ 300 milliards d’euros de titres publics. Elle avait aussi tenté de refinancer les banques avec les opérations LTRO et TLTRO 2, sans grand succès, car l’économie productive ne demandant que peu de crédits aux banques,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Un message positif

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents