Royal veut la relance du nucléaire

La ministre de l’Écologie évoque le développement d’une « nouvelle génération de réacteurs, qui prendront la place des anciennes centrales [nucléaires].

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


S’il envisage la fermeture de Fessenheim et des vieilles centrales, le gouvernement reste pro-nucléaire, comme en témoigne la dernière proposition de la ministre de l’Écologie. Dans une interview au magazine Usine Nouvelle, Ségolène Royal évoque le développement d’une « nouvelle génération de réacteurs, qui prendront la place des anciennes centrales  [nucléaires] lorsque celles-ci ne pourront plus être rénovées ». Car pour elle, « l’énergie nucléaire est un atout évident », même si « des questions demeurent », notamment « la gestion des déchets et l’approvisionnement en uranium ». Pour mémoire, pendant la primaire socialiste en 2011, Ségolène Royal avait souhaité limiter les centrales à « une énergie d’appoint » et envisagé une sortie du nucléaire à « échéance de quarante ans maximum ».


Haut de page

Voir aussi

Le crime et le rituel

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.