Slow drive…

En voiture aussi, le ralentissement n’a que des avantages.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


On connaît les vertus du « slow » en matière de consommation et de modes de vie. En voiture aussi, le ralentissement n’a que des avantages. Et d’abord, celui de réduire le nombre d’accidents (de 15,5 %), comme le prouve le bilan du passage de la vitesse maximale autorisée de 80 à 70 km/h sur le périphérique parisien. En réduisant l’effet accordéon, la circulation a aussi été rendue plus fluide, ce qui aurait généralement un effet positif en matière de pollution – cela n’a toutefois pas encore été démontré statistiquement. Autre atout : une baisse du bruit pour les riverains du périph’. Seul bémol (logique), le nombre d’infractions a été multiplié par 3,5.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.