Suisse : Bâle chasse ses musiciens étrangers

La nouvelle politique migratoire demande en effet aux étrangers de prouver qu’ils sont employés à 75% au même endroit pour prétendre à un titre de séjour.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Le gouvernement du canton de Bâle-Ville s’est saisi d’un changement de politique de l’Office fédéral suisse des migrations pour informer les musiciens non ressortissants de l’UE qu’ils devaient quitter la Suisse. La nouvelle politique migratoire demande en effet aux étrangers de prouver qu’ils sont employés à 75% au même endroit pour prétendre à un titre de séjour. Une condition difficile pour des musiciens professionnels. Devant le tollé provoqué par cette mesure, une pétition en ligne a récolté de nombreuses signatures, dont celle du contre-ténor allemand Andreas Scholl, formé à la prestigieuse Schola Cantorum de Bâle.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.