Syriza sur le pied de guerre

À l’approche des élections du 25 janvier, le débat s’intensifie au sein de la gauche radicale entre le noyau historique et les partisans du compromis. Correspondance à Athènes, Angélique Kourounis.

Samedi 10 janvier, stade de Taekwondo dans la banlieue d’Athènes. On affiche complet. Sur un écran géant, trois mots : « Liberté, égalité, espoir ». Syriza doit ce soir décider des listes électorales, on n’a que deux jours pour les boucler et tous les militants sont là. Dans les gradins, les étudiants, qui sont de toutes les manifestations. Les purs et durs qui comme une claque rappellent avec leurs slogans que « l’heure n’est pas aux compromis et que le pouvoir est là ». Au centre, les militants plus…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents