Chasse aux sorcières ?

Suite aux attentats du 7 janvier, entre vigilance et chasse aux sorcières, qui place le curseur ?
Politis  • 5 février 2015
Partager :

« Sanctions » ! Dans le cadre de la « Grande Mobilisation » pour l’école après les attentats, la ministre de l’Éducation a annoncé que les élèves contrevenant aux règlements républicains seraient signalés puis punis. Aucune mention n’était faite des enseignants. Au même moment, pourtant, certains étaient mis à pied pour « mauvais comportement » lors de la minute de silence en hommage aux victimes de Charlie Hebdo. Et ça continue ! À Poitiers, un professeur de philosophie a été accusé par des parents d’élèves d’avoir tenu des « propos déplacés » lors de la minute de silence. Il a été suspendu le 26 janvier et fait l’objet d’une enquête pour « apologie du terrorisme ». Ce dont il se défend. Quinze jours plus tôt, une de ses collègues à Bobigny avait déjà été mise à pied pour « complotisme ». Entre vigilance et chasse aux sorcières, qui place le curseur ?

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don