Départementales : L’élection à mille inconnues

Si l’on attend une faible participation, ce scrutin, inédit dans sa forme actuelle, n’est pas joué d’avance.

Une élection qui change de nom, de mode de scrutin, et destinée à élire des représentants d’une institution promise à la casse… À coup sûr, les départementales (nouveau nom des cantonales) mobiliseront peu d’électeurs les 22 et 29 mars prochains. Traditionnellement boudées par les Français – dans les années 1960, déjà, certains scrutins dépassaient les 40 % d’abstentionnistes –, les cantonales ont battu un record d’abstention en 2011, avec près de 56 % des inscrits qui ne s’étaient pas rendus aux urnes.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.