Didier Fassin : « La prison, un lieu vide de sens »

Au terme d’une enquête en immersion, Didier Fassin renouvelle l’approche des sciences sociales sur le système carcéral.

Olivier Doubre  • 5 février 2015 abonné·es
Didier Fassin : « La prison, un lieu vide de sens »
© **Didier Fassin** est anthropologue et sociologue à l’Institute for Advanced Study de Princeton (États-Unis).**L’Ombre du doute. Une anthropologie de la condition carcérale** , Didier Fassin, Seuil, 612 p., 25 euros.Photo : Pappon / AFP

Didier Fassin propose un travail ethnographique en profondeur, résultat de près de cinq années d’immersion « en détention ». Il construit ainsi un portrait minutieux de la condition carcérale. Ce travail fait suite à une autre enquête du même ordre sur la « police des quartiers »  : la Force de l’ordre (Seuil, 2011). Non sans souligner la grande différence entre les deux institutions puisque, contrairement à la police, la prison, « lieu d’enfermement par excellence, est en France un espace ouvert à la recherche en sciences sociales » …

À l’opposé de la perspective classique des chercheurs à

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Idées
Temps de lecture : 6 minutes