Égypte : 
Prison pour les opposants


L’islamiste modéré Alaa Abdel Fattah, 33 ans, a été condamné à cinq ans de prison pour le vol d’un talkie-walkie à un policier

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Il ne fait pas bon être un opposant au régime de Sissi en Égypte. Quatre ans après la chute de Moubarak, l’ex-candidat à la présidentielle de 2012, l’islamiste modéré Alaa Abdel Fattah, 33 ans, a été condamné à cinq ans de prison pour le vol d’un talkie-walkie à un policier lors d’une manifestation pendant le printemps arabe. Les 24 coaccusés du militant de gauche ont eux aussi pris des peines allant de trois à quinze ans de prison. Même les États-Unis, pourtant alliés militaires du président Sissi, ont dénoncé « ces condamnations [qui] ont un effet glaçant sur les libertés d’expression et d’assemblée ». Pendant ce temps-là, les hauts responsables de l’ère Moubarak s’en sortent bien : mardi, les anciens Premier ministre et ministre de l’Intérieur, mouillés dans une affaire de corruption, ont été acquittés.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.