Grèce : Hollande cautionne le chantage de la BCE

Lors de sa conférence de presse, François Hollande n'est pas revenu sur la décision de la BCE de ne plus accorder d'aide aux banques grecques. Son propos est aussi lourd de menaces.

« L’unité de la République et l’Union européenne sont liées.* Ceux qui veulent détruire l’une veulent défaire l’autre. Et donc nous ne laisserons pas faire. » C'est sur cette phrase, lourde de menaces, que François Hollande a abordé en quelques mots la crise de la dette publique grecque avant de répondre aux questions de la presse, le 5 février. Sans réagir, dans son discours, à la portée de l'événement créé par la Banque centrale européenne (BCE), qui a pris la décision de suspendre un régime de faveur…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.