Le « cœur maléfique » de l’Allemagne nazie

À travers le périple de deux correspondants de guerre, la « découverte » des camps.

Au soir du 4 avril 1945, à Ohrdruf, le photographe français de l’AFP Éric Schwab, juif d’origine allemande par sa mère, est interpellé par un ex-détenu polonais tout juste libéré. Avec Meyer Levin, journaliste américain et juif d’origine lituanienne, ils suivent en jeep depuis plusieurs mois l’avancée des troupes américaines en territoire allemand. L’étrange Polonais au crâne rasé, amaigri, « les yeux fiévreux enfoncés dans les orbites », leur explique « dans un mauvais allemand qu’il veut absolument…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.