Sombre printemps

Mikaël Serre adapte les Enfants du soleil de Gorki en huis clos où plane l’ombre des révolutions arabes.

Anaïs Heluin  • 12 février 2015 abonné·es
Sombre printemps
© **Les Enfants du soleil** , d’après Maxime Gorki, au Monfort, à Paris XVe, jusqu’au 14 février. www.lemonfort.fr Photo : Mario Del Curto

Avec Platonov du collectif les Possédés à la Colline, et Ivanov de Luc Bondy à l’Odéon, la scène parisienne a fait le plein de Tchekhov pour un moment [^2]. Place maintenant au Monfort pour une pièce russe plus rarement montée : les Enfants du soleil  (1905), de Maxime Gorki, dans une adaptation et une mise en scène de Mikaël Serre. Avec lui, tout en restant dans

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Théâtre
Temps de lecture : 4 minutes