Sonia Delaunay : « Faire entrer l’art dans la vie »

Il reste dix jours pour voir la remarquable rétrospective que le Musée d’art moderne de la Ville de Paris consacre à Sonia Delaunay. Un triomphe de la couleur.

Elle n’a pas encore 20 ans en 1904. Confiée à un oncle issu de la bourgeoisie de Saint-Pétersbourg, Sonia Terk se rend fréquemment en Finlande dans une demeure familiale. Elle croque les gens du cru, au fusain et à la craie, comme cette jeune fille qui la regarde fixement, ses cheveux courts en bataille. Foin d’artifice dans ce dessin. Itou dans cette série de portraits livrés à l’huile, bruts de décoffrage, de façon presque maladroite, sans manière, quasi clownesques, au visage passif, où s’additionnent…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents