Sortir de la « trappe à liquidité »

TRIBUNE. Économiste, ex-député européen EELV, Alain Lipietz montre ici que la baisse des taux d’intérêt par la BCE, tellement vantée par les commentateurs, n’a en réalité qu’un faible impact sur la vie des citoyens.

Le tournant monétaire de Mario Draghi à la Banque centrale européenne (BCE) est tardif mais massif : taux d’intérêt négatifs, monétisation de la dette publique… Peut-on en attendre une relance productive ? Cette politique a théoriquement trois effets. D’abord, le coût des nouveaux emprunts diminue pour les consommateurs et les investisseurs. Ensuite, on hésite moins à dépenser, ce qui ranime la hausse des prix et réduit le coût des emprunts passés. Enfin, l’euro s’affaiblit relativement aux autres…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents