Turquie : Colère après le meurtre d’une étudiante

Depuis la découverte de son corps, le 13 février, des milliers d’hommes et de femmes sont descendus dans les rues contre les violences faites aux femmes.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Elle s’appelait Özgecan Aslan. La mort de cette étudiante, violée puis sauvagement assassinée, a déclenché une vague de colère en Turquie. Depuis la découverte de son corps, le 13 février, des milliers d’hommes et de femmes sont descendus dans les rues des grandes villes de Turquie pour dénoncer une recrudescence des violences faites aux femmes. Un climat inquiétant que l’opposition politique attribue à la « morale », la « mentalité » religieuse et conservatrice ressassée par l’AKP, le parti du Président Recep Tayyip Erdogan. Ce dernier a fustigé ces critiques, lundi, et promis « la peine la plus sévère » pour les trois agresseurs de la jeune femme. Selon l’association turque des droits de l’omme (IHD), les meurtres de femmes ont nettement augmenté au cours de la dernière décennie, pour atteindre 294 cas en 2014.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.