Une mémoire à restaurer

Un débat à la Cinémathèque française a révélé une urgence : numériser les films du patrimoine tournés en argentique.

Anaïs Heluin  • 5 février 2015 abonné·es
Une mémoire à restaurer
© Photo : le Petit Bureau

Depuis deux ans et demi environ, toutes les salles de cinéma sont équipées de projecteurs numériques. À part dans les cinémathèques, où continuent d’être projetés des films tournés sur pellicules photo 70, 35 et même parfois 16 mm, l’argentique est réduit au rôle de plus-value symbolique. Et encore, à de très rares occasions. On pense à Interstellar, de Christopher Nolan, qui, bien que tourné sur pellicule, n’a été montré en projection argentique que dans quinze cinémas dans le monde, dont un en France : le

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Cinéma
Temps de lecture : 5 minutes