Détenus déboutés

Ils avaient dénoncé l’insalubrité et réclamé à l’État dommages et intérêts

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Onze anciens détenus de la prison de Colmar, qui en avaient dénoncé l’insalubrité et réclamé à l’État dommages et intérêts, ont été déboutés. Confirmant une décision de première instance, la cour administrative d’appel de Nancy a reconnu « l’état de vétusté général des locaux » mais rejeté la requête. Pourtant, un rapport d’expertise judiciaire en 2012 avait pointé une aération des cellules très difficiles, des douches présentant un « état de vétusté avancée » et « un chauffage très sommaire, voire inexistant ». Rappelons que la prison de Colmar date de 1791, avec des cellules de 9 m2 pour trois détenus.


Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents