Élections israéliennes : Un débat peut en cacher un autre

Peu présente au début de la campagne, la question palestinienne est réapparue au profit de l’Union sioniste.

S’il fallait résumer la campagne électorale de ces législatives israéliennes, ce serait par ces mots : « Y penser toujours, n’en parler jamais. » Il s’agit bien sûr de la question palestinienne. Totalement absente du discours du Premier ministre sortant, le très droitier Benyamin Netanyahou, elle n’apparaît dans celui de l’Union sioniste, alliance de la centriste Tzipi Livni et du travailliste Isaac Herzog, que sous la forme d’une vague promesse de reprise des négociations. Des négociations sans échéances…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.