Handke et ses fantômes

La nouvelle pièce-événement du poète autrichien revient sur les douleurs de son passé.

La « tempête » que Peter Handke libère dans sa dernière pièce est celle de sa vie et celle d’une grande partie de l’Europe. D’ailleurs, il se place au premier plan du drame : un écrivain, appelé « Moi », est assis dans un verger, appelle sa mère, puis ses grands-parents. Vite, toute une partie de la famille est là. Mais ce sont des ancêtres, la parentèle que la mort a emportée, avec qui l’auteur veut parler pour retracer ce qui ne s’est pas effacé en lui et pour témoigner d’une injustice de l’histoire.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le bac des uns et le bac des autres

Culture
par ,

 lire   partager

Articles récents