« Il faut que vous voyiez ! »

Thierry Gervais et Gaëlle Morel signent une histoire de la photographie de presse. Avec le devoir d’informer et d’aguicher.

En janvier, c’était le choc en Angleterre. The Sun décidait de supprimer sa photo de mannequin dénudé de sa page 3. Une page publiée depuis 1970 sur une idée de Rupert Murdoch, censée incarner le renouveau d’un journalisme plus populaire, au moment de relancer le tabloïd. Fin du téton racoleur, donc. Cette anecdote ne figure pas dans cette histoire de la photographie de presse, la Fabrique de l’information visuelle, de Thierry Gervais et Gaëlle Morel. Elle aurait pu, tant elle participe de cette saga. Une…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Clandestin malgré lui

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents