Non, Alexis Tsipras n’a pas « capitulé »

La presse s’est largement fait l’écho d’une « défaite » de Syriza vis-à-vis des institutions européennes. Pourtant, l’accord obtenu le 24 février ne brade en rien les promesses du parti.

Àen croire la plupart de nos médias, Alexis Tsipras aurait capitulé en rase campagne. Alors que l’on ignorait encore tout du contenu du compromis arraché in extremis le 24 février par Syriza, telle est la thèse qui prévalait. Le plan de réformes (voir ci-contre) permettant de prolonger de quatre mois le programme d’aide financière du pays, éloignant pour un temps le spectre de la sortie de la Grèce de la zone euro, approuvé par les ministres des finances de l’Eurogroupe, est résumé en une du Monde (daté du…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.