Post-mortem : les fantômes du Web

Quelles traces laissons-nous sur Internet quand nous mourons ? Et qui sera le légataire de ce « patrimoine numérique » ?

Pauline Graulle  • 19 mars 2015 abonné·es
Post-mortem :  les fantômes du Web
© Photo : AFP PHOTO / LI XIN

Saviez-vous que le Web est un immense cimetière à ciel ouvert ? Un profil Facebook sur cent appartiendrait à un utilisateur décédé [^2]. Soit 130 millions de comptes « morts-vivants » – avouez que ça fait froid dans le dos ! Sans compter les centaines de millions de photos, de comptes de messagerie et de commentaires postés sur les forums par ceux qui ne sont plus de ce monde (réel). Mais qui continuent, via ces « datas » laissées intactes dans les limbes de la Toile, de hanter le Web.

Si nul n’a besoin d’extrait

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)