Social : Suicide à Sanofi

un chimiste s’est donné la mort le 4 mars.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


À Strasbourg, un chimiste de Sanofi s’est donné la mort le 4 mars. Le cadre d’une quarantaine d’années a laissé une lettre pour expliquer son geste. Interrogée par l’AFP, une collègue a déclaré qu’il présentait « des signes de souffrance au travail ». La CGT a également précisé que des procès-verbaux du comité d’hygiène de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) et des expertises rapportent un malaise social sur le site, où les réorganisations se succèdent, avec nombre de suppressions de postes à la clé. « Les gens se sentent déconsidérés », estime un délégué CGT, ajoutant qu’il y a « déjà eu d’autres suicides chez Sanofi ».


Haut de page

Voir aussi

Articles récents