Airparif puni pour avoir annoncé les pollutions

Le gouvernement et la ministre de l’Écologie viennent de punir Airparif, l’organisme de surveillance de la pollution de Paris et de l’Île-de-France en diminuant la contribution de l’État de 40 à 20 %. Une punition infligée à une association qui égrène les « mauvaises nouvelles » en informant 10 millions d’habitants de Franciliens qu’ils respirent de plus en plus fréquemment un air chargé de particules fines et de dioxyde d’azote. Produits rejetés par les véhicules alimentés au diesel, par les camions qui…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents