La BCE sauvera-t-elle la Grèce dans l’euro ?

Quelques mois d’efforts suffiraient pour alléger la dette du pays.

La Grèce ne redressera pas sa situation par des mesures d’austérité qui accroîtraient le surplus de son budget calculé sans tenir compte des intérêts payés sur la dette publique. La raison est bien connue. Dans une situation de récession majeure, l’État devrait, à l’inverse, dépenser plus que ce qu’il prélève par l’impôt afin d’augmenter les débouchés des entreprises. Le gouvernement grec doit payer actuellement des taux d’intérêt de 18 % pour s’endetter à échéance de dix ans (contre moins de 2 % aux…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.